Entre pleurs et rires - Roger Carter

Mon blogue

Entre pleurs et rires

Entre pleurs et rires - Roger Carter

Dans mon enfance, j’avais connu deux sœurs jumelles inséparables, qui se ressemblaient comme deux gouttes d’eau. Très joueuses, elles aimaient taquiner les garçons de notre âge en se faisant passer l’une pour l’autre. Ce petit jeu, elles l’ont continué jusqu’à notre période d’université, où à certains moments, elles s’échangeaient même leurs petits copains. Ces derniers n’y voyant que du feu. À un certain moment, après avoir fini notre parcours universitaire, on s’est un peu perdu de vue. Les deux sœurs s’étant envolées pour la Grande-Bretagne, afin de se perfectionner dans leurs études. Toutefois, il y a quelques jours, alors que je me rendais dans une boutique de lingerie féminine, j’ai rencontré l’une des deux sœurs. Un peu flétrie, sans doute à cause de l’âge, et des trois enfants qu’elle trimballait, j’ai failli ne pas la reconnaître. Elle avait changé. Sa mine joyeuse d’avant avait perdu toute sa couleur. Ainsi, j’ai décidé de me rapprocher d’elle quand j’ai remarqué qu’elle avait fini son choix et ses emplettes. En me rapprochant, j’ai dit « Julie ! C’est toi ?... » En se retournant, elle m’a tout de suite reconnu et on s’est fait l’accolade. En effet, cela faisait un peu plus de dix ans qu’on ne s’était pas revus. Après le passage à la caisse, on a entrepris de discuter un peu dans un petit café non loin du magasin de lingerie, avec ces enfants à peine âgés de 8 ans pour le plus grand et 3 ans pour le plus petit. Là, on s’est raconté nos vies et dans un air un peu triste, elle a soulevé que, la petite dernière est la fille de sa sœur, Magalie. C’est là qu’elle m’a annoncé que Magalie est encore au lit, car elle venait de subir une intervention et un traitement de ses varices au laser. Je lui ai ainsi, fait la remarque qu’avec le temps, elles étaient toujours inséparables. L’une s’occupant de l’autre, malgré la présence des enfants. Donc, elle m’a répliqué qu’il le fallait bien, et que Magalie et son enfant, vivent même avec eux. Ceci, parce que le père a disparu dans un accident de moto peu après la naissance de leur enfant. Elle m’a aussi fait part d’une situation qu’elles vivent et qui les lie depuis leurs enfances, en tant que jumelles. Celle de sentir les maux de l’une ou de l’autre, et celle, d’un besoin constant de se rapprocher quels que soient les évènements. Ainsi, elle m’a affirmé « que ce soit dans les rires ou dans les pleurs, je ressens toujours le besoin d’être près d’elle, et vice-versa ! »