Histoire de temps - Roger Carter

Mon blogue

Histoire de temps

Histoire de temps - Roger Carter

Exaspéré des interventions de chirurgie esthétique auxquelles Charlotte a recours, Pierre, son mari, lui dit un jour ce qu’il pensait depuis si longtemps:

« Je crois que la vie de l'homme est marquée par trois âges.

Le premier est l'âge de l'impulsion, à cette période de sa vie, l’être humain que nous sommes décide sans donner aucune justification. Il est attiré vers une autre personne, une profession, un lieu de vie, et grâce à la confiance qu’il a en son intuition impulsive, il fait ses choix sans jamais rien comparer, tout lui semble évident et il se sent capable de tout atteindre ou de tout accomplir.

Le deuxième âge est celui où il devient plus raisonnable, il souhaite profiter et prend le temps de choisir, il a besoin de justifier. C’est l’âge de la maturité. tout ce qu’il contemple lui semble en contradiction avec ce qu’il a cru jusqu’alors. Il cherche à faire un effort intellectuel et mener un chemin de réflexion, alors que précédemment, il se laissait diriger par l’instinct.

Le troisième âge, c’est l’époque où non seulement, il a cessé de valider ses comportements du premier âge, mais où il n’est plus en accord avec ses réflexions et élections qui ont guidé sa conduite lors de la deuxième partie de sa vie. C'est l'aliénation, la répudiation de tout ce qui a fait ses choix et son chemin avant, et pour lesquels il ne trouve plus de motivation ou d’excuse.

Pour pouvoir vivre tranquille, il faut refuser d’entrer dans cette troisième étape; il faut faire un effort, agir de manière volontaire pour décider de rester dans la deuxième époque de sa vie; parce que la troisième, c’est la dérive.

Mais Charlotte, je ne comprends pas comment tu peux être restée inconditionnellement dans le premier âge de ta vie, et être pourtant autant à la dérive. Tu t’imagines que d’aller régulièrement en consultation de médecine esthétique, te rendra ta jeunesse. Tu t’obstines à refuser de laisser passer le temps sur toi, quand tu gaspilles le tien en réalisant des interventions de chirurgie qui n’ont aucun effet sur le fond du problème: ton état psychologique. Travaille sur toi-même et accepte d’être celle que tu es, tu paraîtras dix ans de moins, et ne videras pas notre compte en banque en recherchant une jeunesse éternelle qui n’existe pas. Ton insouciance est largement suffisante pour te confondre avec une adolescente de quinze ans. »

Charlotte eut besoin de dix années de plus, d’une thérapie et d’un cancer pour comprendre ce que Pierre avait voulu lui dire. Mais qu’importe le temps ?