J'adore surprendre ma bien-aimée... - Roger Carter

Mon blogue

J'adore surprendre ma bien-aimée...

J'adore surprendre ma bien-aimée... - Roger Carter

Rien ne me plaît plus qu’une soirée aux chandelles avec ma bien-aimée. J’avais décidé de la surprendre, et même si aucune occasion particulière ne se présentait. Nous n’avions tout simplement pas partagé un tel moment depuis longtemps. Je commençais par ranger l’appartement. Après avoir nettoyé les poussières sur les meubles, lavé les vitres, passé l’aspirateur, j’installais la table. Je voulais simplement la décorer avec les sets de table dorés que j’avais acquis en prévision de cette occasion. Les assiettes blanches avec un liseré d’or iraient à la perfection. Les couverts en argent contrasteraient, et apporteraient une note raffinée. Je pris sur une étagère mon livre de recettes préféré. Les explications claires et les astuces expliquées m’aidaient à confectionner de bons menus. Je choisis une entrée, un plat, un dessert, et je me mis à la cuisine. Mon réfrigérateur était rempli, heureusement, car je n’avais pas envie de ressortir.

Je commençais par le dessert, une tarte aux citrons meringuée. Ma recette était inratable, je l’avais faite et réussie de nombreuses fois. Le mélange de citrons et de sucre était bien équilibré. La pâte sablée qui l’accompagnait, je la préparais selon les conseils que ma grande tante Denise m’avait transmis. Pour la meringue, je ne donne jamais mon secret. Elle est légère, tous ceux qui l’ont goûté me demandent ma façon de faire. Seule ma compagne connaît l’ingrédient mystère que j’ajoute, et le tour de main nécessaire qui fait toute la différence. Des pommes de terre cuites à la vapeur accompagneraient les grenadins de veau que je cuirais à la dernière minute. Les avocats étaient mûrs à point, je les mixais avec du citron et des épices et j’insérais dans des verrines le mélange avec un sac congélation découpé sur un angle. Cela remplace astucieusement une poche à douille. Ensuite, je recouvrais de miettes de crabe mêlées à une sauce blanche qui ressemble à de la mayonnaise, mais sans œuf. Je présentais les petits verres remplis sur un plateau et je les laissais au frais.

Une heure me restait avant qu’elle arrive. Je décidais de descendre chez le fleuriste. Un bouquet de roses l’enchanterait. Les blanches sont ses préférées. Je ne peux pas m’empêcher de bavarder avec le commerçant, qui me demandait des conseils pour sa gestion de patrimoine. Puis, je remontais en vitesse pour tout vérifier. Dans un vase en cristal de Baccarat, je disposais les fleurs. La nuit approchait, j’ajoutais un éclairage tamisé. J’entendis la porte s’ouvrir et ma femme rentrer.