Un décor enchanteur - Roger Carter

Mon blogue

Un décor enchanteur

Un décor enchanteur - Roger Carter

Sur une carte postale que mon cousin m’avait envoyée d’un voyage au Cambodge, j’avais adoré la représentation d’un prince recouverte des racines géantes d’un arbre. Avec beaucoup de soin, j’avais reproduit la photo sur un support en papier cartonné, puis j’avais utilisé une bombe de peinture pour la copier sur le mur nord de mon salon. Cette idée de reproduction m’avait été soufflée par une amie, Janice. Elle avait usé du même procédé dans sa cuisine. Le décor qu’elle avait choisi était une fenêtre ouverte sur la campagne toscane. Un olivier au tronc noueux, une lumière orangée, des ombres légères, un chemin bordé de pierres, le paysage donnait envie de pénétrer dedans pour une promenade sous le soleil de l’Italie. Je n’ai pas le talent pour le dessin que mon amie possède. Sur ses conseils, j’avais opté pour la technique que j’avais employée.

Quant à Janice, elle avait pris des pastels pour réaliser le dessin dans sa cuisine. André, son conjoint, avait mis en ligne, sur le réseau social qu’il utilise, des images de cette reproduction très réussie. Il avait eu des commentaires élogieux sur l’œuvre de sa conjointe. Ma compagne, que tout le monde nomme Nana, a été surprise de ce que j’ai fait. La méthode l’a inspirée et elle s’est lancée dans la reproduction d’un tableau de Monet. Dans cette peinture, le maître impressionniste avait choisi comme sujet un pont qui enjambe un point d’eau. Sous lui, des nénuphars en fleurs recouvrent la surface de l’étang. Les couleurs douces étaient parfaites pour notre chambre. Elles ont apporté de la légèreté et une note romantique que j’adore.

Je suis allé dans une boutique pour qu’elle ait le nécessaire de peinture. Je m’étais déplacé surtout pour aller chez ce spécialiste du Traitement de couperose Saint-Jean-sur-Richelieu. Lorsqu’elle eut fini de peindre, ma compagne a proposé à sa mère de faire de même chez elle. En effet, ma future belle-mère a changé de décor dans sa demeure et elle cherchait à mettre un peu de couleurs dans sa salle de dîner. Elle a sélectionné quelques œuvres qu’elle apprécie. Plusieurs thématiques étaient possibles, mais le choix définitif a été surprenant de sa part. Des tahitiennes de Gauguin sont apparues progressivement sur le support et elles ont illuminé de leur présence cette pièce, auparavant austère. Avec leur regard par-dessus l’épaule, j’ai l’impression, quand je les vois, qu’elles me lancent une invitation au voyage.