Une résolution difficile à tenir - Roger Carter

Mon blogue

Une résolution difficile à tenir

Une résolution difficile à tenir - Roger Carter

L’année dernière, dès le mois de janvier, je m’étais promis de gérer mon budget. Mais bien sûr, comme toute résolution de début d’année qui se respecte, je n’ai pas tenu le coup longtemps ! Dès le mois de mars, j’étais déjà dans le rouge !

Mais cette année, c’est décidé, je vais m’y tenir. Et j’ai tout prévu, en préparant une sorte de planification financiere. Je suis fin prêt à entamer une nouvelle année, sans coup de fil de mon banquier grincheux, ni sueurs froides en recevant mon relevé de compte ! Rien que d’y penser, je me sens déjà riche !

Comme disait ma grand-mère, qui paie ses dettes s’enrichit. Mon premier réflexe a donc été de comptabiliser toutes mes dépenses courantes, et surtout celles qui sont fixes. Ce que je veux dire par “fixe”, c’est toutes ces factures que vous recevez mensuellement, et auxquelles vous ne pouvez - malheureusement pas vous soustraire. Leur montant est généralement à peu près le même à chaque fois: par exemple, le loyer, l’électricité, le téléphone, les assurances, les crédits bancaires. Pour ma part, ce sont des dépenses qui démolissent chaque mois mes revenus. Une fois que j’ai payé tout ça, il ne me reste plus grand chose. Mais ces factures ont au moins l’avantage d’être faciles à comptabiliser.

Ensuite, j’avais gardé pour mes dépenses “variables” tous mes tickets de caisse, que j’avais mis dans un carton. Je les ai triés par ordre chronologique, et c’est là que je me suis rendu compte de tous ces achats facultatifs que je faisais, sans même m’en rendre compte. Par exemple, un café, c’est certainement un ou deux dollars, mais si vous en buvez une dizaine par jour, on est plus proche de la vingtaine ! Je déteste le café en dosette, alors je préfère aller boire un café au restaurant du coin, plutôt que de boire du jus de chaussette. J’ai donc découvert avec horreur que je dépensais une quinzaine de dollars par jour environ, rien que pour ça !

Mon budget alimentaire m’a aussi fait frémir. Comme je ne cuisine pratiquement pas, j’achète beaucoup de plats à emporter, ce qui me revient une fortune à la fin de l’année.

Cette petite expérience a donc été extrêmement enrichissante ! J’ai pris en main mon budget de façon plus efficace, en analysant soigneusement ce que je dépensais réellement, et en comparant tout cela à mes besoins réels et à mes revenus ! Mon banquier va peut-être même, finir par m’aimer !